Depuis le début du XXème siècle, la multinationale Monsanto a commercialisé des produits hautement toxiques qui ont rendu malades ou causé la mort de milliers de personnes dans le monde et durablement contaminé l’environnement.   

Le modèle agro-industriel promu par Monsanto épuise les ressources naturelles, est à l’origine d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre dues à l’activité humaine et menace la souveraineté alimentaire des peuples par le jeu des brevets sur les semences et de la privatisation du vivant.

Par du lobbying auprès des agences de réglementation et des autorités gouvernementales, la pression sur les scientifiques indépendants et d’autres agissements déloyaux, Monsanto continue d’ignorer les dommages humains et écologiques causés par ses produits et maintient ses activités dévastatrices. L’histoire de Monsanto constituerait ainsi un paradigme de l’impunité des entreprises transnationales et de leurs dirigeants. Il faut que ça change !

Organisé à La Haye, du 12 au 16 octobre 2016, le Tribunal Monsanto aura pour mission d’évaluer les faits qui lui sont reprochés et de juger les dommages causés par la multinationale. Le Tribunal prendra appui sur les principes directeurs relatifs aux entreprises et droits de l’homme adoptés au sein de l’ONU en 2011. Le Tribunal prendra également appui sur le Statut de Rome qui a créé la Cour pénale internationale en vigueur depuis 2002. Il considérera les actions de Monsanto au regard des crimes de droit international que ce Statut prévoit et envisagera de réformer le droit pénal international pour que soit reconnu le crime d’écocide et que la responsabilité pénale des personnes physiques coupables de ce crime puisse être engagée. Plus d’informations sur http://www.monsanto-tribunal.org

 Lien vers la présentation du tribunal Monsanto.